6 avr 2017
| Par Antoine Bourdais, Directeur du pôle Banque-Assurance | Invoke

Un an après l'entrée en vigueur de la directive et à l'aube de la première échéance du reporting annuel sous Solvabilité II, quels sont les principaux enjeux et pourquoi les assureurs doivent-il s'orienter vers une approche stratégique du reporting à l'échelle de leur organisation ? Antoine Bourdais, directeur du pôle Banque Assurance Invoke répond aux questions du journaliste Sarfraz Thind, du magazine Insurance ERM.

  • Reporting réglementaire assurance
  • FAS Regulatory S2
  • Solvabilité 2

Quels défis reste-t-il à relever, un an après l’entrée en vigueur de la directive Solvabilité II ?

Le défi majeur après la mise en place de Solvabilité II reste la qualité des données. Les régulateurs du secteur assurantiel ont clairement fait part de leur politique de tolérance zéro, que ce soit en matière de précision des données ou de délai de remise des reporting.

Depuis un an, le volume de reporting à produire a fortement augmenté et les délais pour les produire se réduisent d’année en année. Dans les prochains mois, les assureurs vont devoir remettre leur premier reporting annuel Solvabilité II. Cette forte augmentation de la charge de travail rend nécessaire une industrialisation du processus de reporting de Solvabilité II. Les assureurs qui font actuellement appel à des « solutions tactiques » de reporting vont devoir s’orienter vers une approche plus stratégique pour gérer la charge du reporting.

Parallèlement, plusieurs pays ont mis en place des obligations de reporting additionnelles, les fameux États Nationaux Spécifiques ou ENS, en complément du cadre européen de reporting et en remplacement des reporting historiques. Ces nouveaux rapports comptables et financiers, basés sur des local GAAP, viennent encore élargir le périmètre du reporting, et impliquent généralement la nécessité d’embarquer de nouvelles équipes à bord du projet de reporting réglementaire global. Le défi est donc également en grande partie organisationnel.

Le troisième élément à prendre en compte est, à mon sens, la double exigence de remise des rapports quantitatifs et narratifs, tout en assurant l’intégrité des données. Les assureurs doivent en effet être en mesure de réutiliser les données des QRT afin de produire le rapport sur la solvabilité et la situation financière (SCFR) mais aussi le rapport régulier au contrôleur (RSR).

Certains assureurs ont investi dans des solutions « tactiques » pour répondre rapidement aux exigences en matière de données. Quels sont les avantages d’une solution « stratégique » ?

L’avantage premier d’une solution stratégique est de pouvoir réutiliser les données à travers plusieurs modèles, et améliorer ainsi la qualité globale des données.

À l’échelle « groupe », l’adoption d’une solution stratégique permet de décloisonner l’organisation des ressources, ainsi que le stockage et la réutilisation des données. Cela permet ainsi de produire par exemple le reporting Solvabilité II et les comptes consolidés au sein de la même application.

À l’échelle « solo », ce type de système permet de mettre en correspondance comptes annuels, reporting réglementaire local et reporting Solvabilité II de l’entité. L’idée est d’harmoniser les flux de données entre les équipes en charge du reporting comptable et du reporting réglementaire, et de permettre à tous de s’appuyer sur une même source de données.

Les assureurs doivent disposer d’un flux de données unique. Pour cela, une seule solution : le système de reporting doit stocker les données de façon unique et centralisée.

Comment les assureurs peuvent-ils pérenniser leurs solutions en matière de données ?

Lorsque l’on conçoit une solution de ce type, il est essentiel de garder en tête que les contraintes de production des données ne doivent en aucun cas impacter ni leurs modalités de collecte ni leur organisation dans le système.

Une solution de reporting peut être considérée comme pérenne si elle permet à la fois de collecter des informations à partir de multiples systèmes d’information, de ne collecter chaque information qu’une seule et unique fois, et de stocker ces informations dans un modèle de données générique. Les données peuvent ensuite transiter par des modèles de données secondaires, en fonction des différents types de rapports à produire (reporting Solvabilité II, reporting réglementaire local, reporting externe tel que SFCR, reporting interne)...

Les retours d’expérience de vos clients vous ont-ils aidés à faire évoluer vos solutions ?

Chez Invoke, les retours de nos clients jouent toujours un rôle essentiel dans la conception de nos solutions de reporting réglementaire, financier ou fiscal. Nous les rencontrons régulièrement a l’occasion de nos Clubs Utilisateurs et des groupes de travail thématiques dédiés que nous organisons.

Nous disposons d’un vaste parc clients, réparti dans 32 pays, qui nous fournit des informations constructives sur les meilleures pratiques à implémenter dans nos solutions. Cela nous permet de mieux connaître leurs méthodes de travail et leurs besoins métier. C’est grâce à eux, et pour eux, que nous avons mis en place nos solutions « Premium » : des solutions clé-en-main avec paramétrage complet prêt à l’emploi (formats de collecte, modèle de données, gabarits réglementaires, workflow, profils utilisateurs, tableaux de bord standards, …)

Le paramétrage « Premium » garantit à chaque nouveau client Invoke une mise en œuvre projet rapide, tout en bénéficiant d’une solution hautement évolutive et personnalisable (extension du modèle de données standard, personnalisation du workflow, ajout d’axes d’analyse, production simplifiée de rapports personnalisés sur la base des données collectées, etc.).

Quand les assureurs travaillent sur des données, ils le font la plupart du temps dans un cadre réglementaire. Comment facilitez-vous l’exploitation de ces données pour les prises de décisions en internes ?

En complément des tableaux de bord livrés en standard dans le cadre du paramétrage « Premium » pour le réglementaire, le module de reporting personnalisé permet de réutiliser toute la richesse des données collectées et reportées, déjà validées en amont par les équipes réglementaires, pour les besoins du reporting interne. C’est tout l’intérêt d’avoir mis en place cette fonctionnalité unique de « Data Modelling » qui caractérise notre solution : être en mesure de gérer des modèles de données et des référentiels multiples au sein de la même application, sans jamais rompre la piste d’audit des données. Simple, accessible et plébiscité par nos utilisateurs métier, le tableur Invoke intégré à l’application sert à la fois au paramétrage et à la consultation de rapports personnalisés fiables, leur offrant ainsi un vrai confort de travail.

Grâce cette approche de reporting global et intégré portée par notre solution, nous observons une évolution claire dans les projets de reporting de nos clients : là où la solution Invoke était historiquement un système en bout de chaîne pour la production des reporting, elle est devenue, pour beaucoup, le système source de centralisation des données au sein de leur système d’informations : un véritable infocentre réglementaire. La production des reporting en tant que telle n’en est que l’une des fonctionnalités.